Le 8 Novembre 2016: les personnels de santé en action contre le PLFSS

Les professionnels de santé sont épuisés, excédés, usés, fatigués et démotivés par le manque d’effectif auprès des patients, que ce soit dans des structures du sanitaire, du social ou du médico-social. Ils continuent à subir des remises en causes régulières des reconnaissance de la pénibilité. Depuis 2010, la profession infirmière n’est plus reconnu comme une profession pénible.

Une politique de santé tournée vers la privatisation

Aux politiques de santé viennent s’ajouter les plans d’économies mis en place depuis des années, qui, au motif de réduction des déficits, détruisent progressivement l’ensemble du système hospitalier public et la Sécurité Sociale. Ces manœuvres visent à les livrer aux appétits des marchands de santé que sont les grands groupes financiers privés.

C’est ce qui est annoncé par un ONDAM (Objectif National des dépenses d’assurance maladie) ne permettant pas la reconduction des activités de santé actuelles. Atteindre l’objectif qui conduira à amplifier les regroupements et mutualisation des moyens humains et techniques dans les GHT dégradant un peu plus les conditions de travail.

La profession infirmière mise à mal

Soyons déterminé(e)s et toujours plus nombreux à exprimer notre exaspération compte tenu de nos conditions de travail déplorables et celles dans lesquelles nous sommes contraints de prendre en charge les malades.
Nous continuons à subir des remises en causes régulières des reconnaissance de la pénibilité. Depuis 2010, la profession infirmière n’est plus considérée comme pénible.

Nous devons revendiquer la reconnaissance de la pénibilité de notre profession.

Les personnels de la santé n’arrivent plus à répondre aux besoins de la population, à assurer leurs missions essentielles de service public et à garantir l’accès aux soins pour tous.

Des personnels de santé de plus en plus en souffrance

Les syndicats, les services sociaux du personnel, les services de santé au travail sont sollicités par des professionnel(le)s dont la souffrance psychologique, souvent silencieuse et signe de défenses psychiques est invisible.

Cette souffrance va parfois jusqu’à la décompensation extrême, comme cela s’est produit trop souvent depuis quelques mois.

Pour rester « debout », des postures professionnelles sont adoptées, allant à l’encontre de la dimension émancipatrice de notre travail.

Nous devons revendiquer une réelle reconnaissance du Bac+3 pour les IDE
Rendez-vous devant le ministère de la santé le 8 Novembre 2016 de 11h à 14h.
Vous avez la possibilité de partir en car de l’Oise:
Clermont (gare routière): 8h15 et Compiègne (péage de Chevrière): 8h45

Vous pouvez télécharger le tract ici:tract-ide-8-11-16

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *